75% de pauvres, demain le chaos ?

Alors que hier nous vous révélions comment les politiques dépouillaient les collectivités locales donc la population d’argent public, voici un autre chiffre qui devrait attirer votre attention. Parce qu’il est lourd de sens pour la plupart d’entre nous, mais aussi parce que la presse classique dans notre île ne vous le communiquera jamais. 75% des Réunionnais sont pauvres.

Ce chiffre bien qu’énorme n’a rien de fantaisiste. Il circule dans les instituts de statistiques et la plupart des chefs de partis politiques et des rédacteurs en chef le connaissent.

Le coût de la vie

Pour comprendre l’écart avec le taux de 49 à 52% (déjà trop élevé) évoqué dans le presse, il faut savoir que ce dernier se base sur le coût de la vie en métropole. Or nous sommes à la Réunion et pour qu’un seuil de pauvreté soit réaliste, il doit se baser sur la vie chère locale.

Ce qu’ont fait les statisticiens, mais aussi l’association UFC Que Choisir. Ils ont repris le seuil de pauvreté de métropole: 954 €/mois, ont chiffré le surcoût de la vie à la Réunion: +60% et ont combiné les deux pour arriver à un seuil de pauvreté de 1 526 €/mois à la Réunion. Ce qui recouvre 75% des Réunionnais.

Des explications politiques aussi

Mais en dehors du coût de la vie, il y a d’autres causes plus cachées. L’absence de politique économique à la Réunion est un gros boulet pour l’enrichissement de la population. Car sans développement de l’économie, il ne peut y avoir de création de richesses et donc d’emplois.

Beaucoup d’observateurs s’accordent pour dire que les élus de la Réunion n’ont pas intérêt à ce développement. Car la pauvreté leur permet de se faire réélire via les aides sociales et les contrats précaires dans la fonction publique. 1 personne aidée = 4 voix gagnées (amis et famille indirectement aidés). Multipliez par les milliers de personnes ainsi approchées avant un scrutin et vous obtenez les scores faramineux de ces élus. La pauvreté facilite donc l’élection de nos politiques.

Le risque du chaos

A trop jouer avec le feu, nos pompiers pyromanes que sont les politiques prennent le risque du chaos. Si on compare avec le taux de 22% dans le 93 (Seine-Saint-Denis), notre taux de 75% paraît bien plus grave. Pour rappel, c’est dans le 93 qu’ont démarré les émeutes de 2005… De surcroît, 75% c’est également le taux de pauvreté juste avant la Révolution Française…

Des émeutes ont eu lieu dans notre île en février dernier. On avait alors annoncé une vraie-fausse liste de produits solidaires, sans résoudre les problèmes de fond. Le risque d’explosion sociale reste donc fort et le jour où des groupes de Réunionnais prendront conscience de la manipulation des politiques à l’égard de la population, ce jour-là pourrait être gravissime dans l’Histoire de la Réunion et nul ne sait ce qu’il adviendra.

Indépendance démagogique et tiers-mondiste ? Émergence d’une nouvelle élite économiquement responsable et politiquement favorable à la France ? Tout est possible et c’est cette incertitude sur l’avenir qui doit nous réveiller dès aujourd’hui.

Post Scriptum du 09/11/12: Le taux de population sous le seuil de pauvreté national à la Réunion est passé à 60%. On peut donc estimer à 80% le taux de Réunionnais sous le seuil de pauvreté régional.

Publicités