Présidentielle 2017 : l’impact sur la Réunion

Emmanuel Macron a remporté le 1er tour de la Présidentielle 2017 et affrontera Marine le Pen au 2nd. Sauf surprise le candidat d’En Marche deviendra donc notre prochain chef d’Etat. Quel impact pour la Réunion ?

Politique concrète

Peu de changements auront lieu dans la politique appliquée sur l’île. Emmanuel Macron étant l’inspirateur de la ligne économique de François Hollande et son entourage fortement composé d’éléments du PS, il devrait poursuivre de trop timides réformes social-libérales pour avoir un véritable effet sur la croissance économique. De surcroît, En Marche Réunion est accaparé par des puissances politiques locales et très conservatrices. On ne pourra donc pas en espérer un renouvellement politique réel dans l’île.

Les leçons du scrutin à la Réunion

Les suffrages libres peuvent dépasser les suffrages fraudés. Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont arrivés devant Emmanuel Macron et François Fillon, alors qu’ils ne disposent pas de machines à acheter des voix sur l’île (à part au Port, à Saint-Paul et Sainte-Suzanne avec le PLR/PCR). Du côté du FN, on assure que : « en plus des assesseurs, délégués et présidents de bureau… nous avions dans tous les bureaux des militants anonymes ». Cela signifie que des mouvements politiques arrivent désormais à déployer assez d’observateurs pour limiter grandement les traditionnelles fraudes électorales dans les bureaux de vote de la Réunion. C’est une nouveauté historique, un progrès démocratique considérable.

Le vote protestataire existe à la Réunion et grandit rapidement. Lors des Municipales 2014, des listes hors-système avaient déjà réussi une pénétration notable dans l’électorat réunionnais, dépassant les 10% avec peu de moyens. Cela veut dire que les dictateurs locaux n’arrivent plus à récupérer tous les précaires et mécontents de la Réunion, leurs budgets ne suffisant plus à acheter les électeurs toujours plus nombreux.

La communication est vitale. Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont réussi de très bons scores sans structures locales importantes. C’est grâce à leurs campagnes nationales, les médias locaux les relayant automatiquement. Or beaucoup de réunionnais jugent sur la forme et non sur le fond, faute d’instruction… Il convient donc de leur en mettre plein la vue… dans les médias comme via la propagande hors média.

Les bémols pour les prochaines élections réunionnaises

Pour les autres scrutins impliquant des politiciens locaux il en sera autrement. Les médias réunionnais censureront sans état d’âme la plupart des candidats. L’effet de la campagne nationale ne jouera donc plus, à la TV notamment. De plus, les candidats réunionnais de Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon souffriront d’un déficit de notoriété par rapport à leurs adversaires médiatisés par la presse réunionnaise. Cela les handicapera gravement dans leur tentative de rééditer les scores de leurs champions nationaux.

Les machines à acheter des voix sont toujours là… et toujours tenues par les dictateurs. Peu utilisées à la Présidentielle car ne donnant pas de mandat aux politiciens locaux, les mairies, le Département, la Région et bien d’autres institutions seront abondamment exploitées lors des Législatives (bientôt), Municipales, Départementales et Régionales, pour donner des contrats de travail, des aides sociales et autres « coups de main » aux électeurs. C’est pourquoi les candidats d’En Marche et des Républicains obtiendront de meilleurs scores que leurs leaders à la Présidentielle. Autant dire que la douche risque d’être froide au lendemain des prochaines Législatives de juin pour les lepénistes et mélenchonistes euphoriques d’avril…

L’engouement pour En Marche sera éphémère, quand les électeurs et militants de la société civile verront que le mouvement soi-disant rénovateur est en fait contrôlé par le PS de Gilbert Annette et le LPA de Thierry Robert. Ceux qui y croient sincèrement se retrouveront vite orphelins et frustrés : à récupérer.

Les motifs d’espoir

Le vote protestataire augmente beaucoup à la Réunion ces dernières années et les Réunionnais sont de moins en moins soumis… Cela démontre bien que les élus locaux n’arrivent plus à acheter une majorité d’électeurs, ce qui rend de facto les élections plus libres. De plus en plus de réunionnais n’acceptent plus l’île de la Réunion telle qu’elle évolue aujourd’hui : vie chère, chômage de masse, mal-logement, hausse de l’insécurité, crise requins, crise identitaire, élus incapables, etc. Une majorité d’électeurs libres à cette Présidentielle a donc voté pour se défouler, mais aussi pour exiger des solutions nouvelles.

Toutefois les programmes de Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne répondent pas aux problématiques de l’île, leurs penseurs connaissant très mal la Réunion. Les forces hors-système ont donc tout intérêt à rencontrer et rassembler tous les futurs insatisfaits des partis politiques nationaux ayant brillé à cette Présidentielle à la Réunion, mais qui se retrouveront orphelins, faute de réalisme et de médiatisation dans le contexte réunionnais. Un nouveau mouvement citoyen réunionnais pourrait servir de fédération afin de porter un projet de Nouvelle Réunion avec pour buts essentiels : la Démocratie et le Développement.

En cas de victoire aux élections futures, grâce à une stratégie réaliste face à la censure des médias et aux fraudes électorales, ce très large mouvement citoyen pourra imposer une réforme démocratique pour en finir avec la République bananière et rendre les élections totalement libres. Favorisant ainsi l’émergence des meilleures idées et donc du Développement à l’île de la Réunion.

Publicités