Emmanuel Macron propose l’indépendance de la Réunion

rejoint

Suite aux derniers événements en Guyane et à sa récente visite sur l’île, Emmanuel Macron propose l’indépendance de la Réunion. En effet, le candidat d’En Marche à la Présidentielle s’interroge sur le coût de cette région d’outre-mer dans les comptes de la France et son difficile développement qui tarde à venir.

Le député PS René Dosière, spécialiste des questions de dépense publique ayant rejoint Emmanuel Macron dernièrement, explique : « 1,5 milliard d’euros par an pour le Département, 1 milliard annuel pour la Région, 3 milliards de fonds européens, pour quel résultat ? Le chômage et la pauvreté augmentent tous les jours, les élus réunionnais gaspillent et volent les deniers publics. Sans parler des dotations de l’Etat aux 24 communes et à toutes les autres structures publiques et semi-publiques de l’île. La Réunion est un gouffre financier pour la République. Il est temps que la gabegie des tropiques cesse. »

Lubin Budel, psychosociologue, renchérit en avançant des arguments culturels à l’indépendance de la Réunion. « Nous psychologues, et collègues sociologues, tombons toujours sur le même écueil psychique. Comment demander à une population qui sort à peine de l’économie de plantation, de l’esclavage et de traditions millénaires africaines de rejoindre le monde développé et en adopter tous les codes droits-de-l’hommistes ? C’est tout bonnement impossible. On ne peut exiger un tel changement aussi rapide et brutal, car il est véritablement ressenti comme une violence psychologique pour nombre de réunionnais. Ce qui explique entre autres l’incroyable tolérance des réunionnais civilisés et des institutions locales à l’égard d’une masse ingérable, sans doute pas majoritaire, mais suffisamment dominante pour imposer son modèle de société aux autres. C’est-à-dire les violences intrafamiliales, le harcèlement moral, les ladi lafé, l’oisiveté, la pensée court-termiste, le clientélisme et la corruption politiques volant les élections, … »

Pour le constitutionnaliste Dominique Rousseau, il convient au préalable de demander à la population concernée (les Réunionnais) si elle souhaite son indépendance. C’est le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, droit consacré dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et repris dans la Constitution Française. En cas de refus l’expert en Droit constitutionnel n’exclut pas une alternative : « Si les députés réussissaient à dégager une majorité à l’Assemblée, ils pourraient très bien exiger une baisse drastique des fonds alloués à la Réunion. Situation qui provoquerait de facto le chaos dans l’île par l’impossibilité des élus locaux de répondre aux besoins de la population. Il en découlerait des émeutes et un débat public sur la gestion de la Réunion, sa classe politique et son avenir institutionnel. »

Publicités