Michel Allamèle appelle à la révolution (vidéo)

michel-allamele-1

« Le préfet a donné à la population réunionnaise le droit à la révolution. »

C’est ainsi que s’exprime Michel Allamèle suite au rejet de son recours par le tribunal administratif, dans le cadre des élections de la CCIR (Chambre de Commerce et d’Industrie de la Réunion) où il menait une liste de chefs d’entreprise. Ce scrutin professionnel a été entaché de forts soupçons de fraudes électorales massives. Il a d’ailleurs fait l’objet de trois recours afin de le faire annuler, dont celui de Bruno Cohen leader de la liste arrivée 2ème. Recours égalements rejetés.

Ceux-ci portaient sur un nombre important de bulletins de vote non distribués aux électeurs, notamment à ceux ayant l’intention de voter pour des listes autres que celle qui a gagné (liste du président sortant Ibrahim Patel). L’autre principal motif de contestation de ces élections était le vote de personnes n’ayant pas voté… des abstentionnistes et même des morts… Ces pratiques déloyales rappellent beaucoup les méthodes utilisées lors des élections politiques (Municipales, Départementales, Régionales, …).

Logiquement déçu, le candidat à la présidence de la CCIR invoque la population réunionnaise. « J’appelle les gens à la révolution puisque Monsieur le Préfet ne veut pas qu’on respecte la loi. » Il rejoint ainsi la longue liste des personnes dénonçant les dysfonctionnements des services publics à la Réunion, les collusions entre intérêts privés et dépositaires de l’ordre public (Police et Justice notamment) au détriment des droits de chacun. La Réunion officiellement fait partie de la République Française patrie des Droits de l’Homme, mais dans les faits c’est une zone de non-droit comme certains pays du Tiers-Monde…

Publicités