La fin ou le sursaut

20150530_120617

Un tour à Saint-Gilles et vous comprenez le désastre réunionnais… Là où les plages étaient pleines, le vide s’est fait. Là où les commerces étaient accueillants et rentables, les rideaux sont baissés… A Saint-Gilles tout est à vendre, locaux commerciaux, bateaux, logements… La crise requins est passée par là et l’emploi, l’activité ont disparu. Laissant place à un désert humain, contrastant avec la beauté du site.

La vérité c’est que le tourisme a subi une attaque en règle. Quand le monde entier prend des mesures pour préserver ses activités nautiques et ses zones balnéaires, ici les décideurs font semblant de ne pas comprendre le problème pour ne rien faire. La vérité c’est que notre classe politique a profité de cette aubaine de la crise requins pour faire mourir toute une économie et beaucoup d’emplois.

Car pour le dictateur péi, l’emploi marchand c’est mal. C’est un électeur de moins sous sa domination. Pour « l’élu cocotiers », ce qui est bien c’est le petit créole asservi par le contrat aidé, c’est l’esclave en CDD renouvelable à la Mairie obligé de faire tout et n’importe quoi… c’est l’illettré aux minima sociaux qui n’arrive à obtenir ses droits qu’avec un coup de main politique euh administratif, c’est l’électeur ultra-pauvre qui acceptera de monnayer sa voix et celles de sa famille contre un billet lors du porte-à-porte électoral…

Malgré tout ça, certains réunionnais restent lents à comprendre. Peut-être faut-il que la grande distribution, grande copine des politiciens au pouvoir, accélère la montée de ses marges abusives pour faire crever de faim les derniers croyants d’une Réunion parfaite.

Publicités