Crise requins : qu’avons-nous fait ?

Elio 2

La mort du petit Elio nous le rappelle cruellement: ces derniers temps les attaques de requins sont de plus en plus fréquentes. Morts, estropiés à vie, combien de drames humains faudra-t-il encore pour répondre à l’urgence de la sécurité, puis aux causes profondes de la surpopulation de requins autour de la Réunion ?

Les solutions d’urgence sont connues: c’est d’abord la pêche de ces squales devenus anormalement surabondants. Ils ne sont ni protégés ni indispensables à l’écosystème, ils le déséquilibrent même de part leur nombre croissant. Ce sont aussi les filets que réclament les associations depuis longtemps.

Surfeurs Saint-Paul 1 15 avril 2015

Que fait-on ? Rien. Pire: on accable les victimes. Comme si une attaque de requin faisait partie du décor, de la tradition réunionnaise. C’est vraiment se foutre de la gueule du monde et ignorer les statistiques affolantes sur les attaques ces dernières années et l’omniprésence récente des requins au bord de nos plages. Qu’avons-nous fait ? C’est la question que risquent de nous poser les générations futures, quand l’île sera devenue déserte et abandonnée. Car il s’agit bien de toute la Réunion. Ceux qui pensent que cette crise requins ne concerne que les zorèy et « la Réunion Côte Ouest » sont à côté de la plaque.

Quand une attaque de requin se produit que se passe-t-il ? Elle est médiatisée partout en France et largement dans le monde. Quelle pub pour l’île ! C’est évidemment le tourisme qui en souffre en premier et voit ses entreprises fermer les unes après les autres. Mais ces entreprises (hôtels, restaurants, loisirs, …) vivent-elles en circuit fermé ? Non car elles ont des fournisseurs qui sont des entreprises réunionnaises, de tous secteurs d’activité. De plus les salariés du tourisme consomment à la Réunion, ils bénéficient donc à l’économie locale. Tout ce monde vivant directement et indirectement du tourisme représente une grande partie de la société réunionnaise, impacte toute l’économie de la Réunion. Dire que la crise requins est un problème de métropolitains est par conséquent stupide et dangereux pour notre île et son avenir.

Qu’avons-nous fait ? C’est la question qu’on se pose aujourd’hui quand on regarde a posteriori la crise chikungunya qui a rendu malade 1 Réunionnais sur 2 et là aussi fait chuter le tourisme. Qu’avons-nous fait ? C’est la question que se posent les Français quand ils regardent en arrière l’Occupation et la Shoah. Alors agissons maintenant pour ne pas avoir de regrets demain. Mettons en place les solutions tout de suite avant que la Réunion ne s’appelle l’île à requins, un paradis sur terre devenu enfer par notre irresponsabilité. Ne soyons plus des collabos passifs de la crétinerie ambiante devant l’Histoire.

Publicités