Municipales : ils se battent pour la Région

République bananière 1

A l’île de la Réunion l’élection municipale est la mère de toutes les élections. Car les maires sont les élus les plus fraudeurs de la vie politique réunionnaise…

La providence des contrats aidés

Premiers distributeurs de contrats aidés, cette manne d’emplois précaires financée par l’Etat leur octroie un pouvoir d’achat de voix considérable sur les demandeurs d’emploi et leurs familles. De même ils gèrent des budgets communaux importants desquels ils peuvent détourner des fonds pour alimenter des caisses noires, afin de financer illégalement les campagnes électorales: propagande et remise d’argent aux électeurs lors du porte-à-porte. Ainsi ce sont des dizaines de milliers de voix qui sont achetées par les maires réunionnais, qui passent plus pour des dictateurs des tropiques que pour des élus de la République.

dictateur2

Un œil sur les bureaux

Les maires ont également le devoir d’organiser les élections. Cette compétence stratégique les aide à frauder les urnes dans les bureaux de vote. De part leur vue globale sur les centres de vote et leur important personnel communal, ils peuvent répertorier les zones les plus faciles à frauder selon: le taux de pauvreté de la population, le nombre d’assesseurs pour surveiller le scrutin, etc. De plus il arrive dans certaines communes que des accords soient passés entre grands partis pour que l’un ne place aucun assesseur dans les bureaux, afin de laisser l’autre y frauder à volonté. Car les partis de moyenne envergure, les listes à peu de militants ne peuvent évidemment pas mettre de surveillants partout…

Urne de vote 1

La mafia d’entre-deux-tours

Alors pourquoi se battre si tout est plié d’avance ? Certaines listes ont moyen de passer les 5 % et de jouer un rôle d’arbitre au soir du 1er tour. C’est typiquement le cas des listes LPA dans quelques villes (Sainte-Marie, Saint-Louis). Si leurs candidats se battent c’est pour fusionner avec la liste gagnante au 2nd tour. Ainsi ils obtiendront des élus dans la nouvelle majorité municipale et par conséquent les moyens de fraudes électorales correspondants (quota de contrats aidés, partie de caisses noires, …).

corruption 2

Objectif 2015

C’est pourquoi vous voyez tous les prétendants à la présidence de la Région s’activer dans chaque élection municipale. Parce qu’ils savent que du résultat des Municipales dépendra celui des Régionales. Thierry Robert compte placer le maximum de ses proches en tant qu’adjoints des nouveaux maires. Didier Robert cherche à faire réélire ses alliés déjà maires et à faire battre ceux qui pourraient le gêner quitte à jouer contre son camp (Lagourgue contre Victoria à Saint-Denis, Camatchy contre Virapoullé à Saint-André). Quant aux dinosaures sur le retour (Virapoullé et TAK), ils poussent pour arriver en cas de succès à former une Droite revancharde sur Didier Robert qui leur a fait bien des coups bas depuis son élection à la pyramide inversée en 2010. Enfin le PCR divisé par le PLR et le PS cassé par le Progrès en sont réduits à nouer des alliances de circonstance en fonction des mairies gagnables, en échange de leur appui aux Régionales à l’une de ces trois dynamiques politiques citées plus haut.

Pyramide inversée 2

Tout ceci étant explicité, il n’empêche que le 1er tour peut réserver des surprises qui déboucheront sur des accords d’entre-deux-tours tout aussi étonnants. Car pour une mairie, pour la Région, nos politiques sont prêts à tout ! Le « mangé cochon » auquel ils nous ont habitué sera à coup sûr réédité… et tant pis pour les Réunionnais toujours floués, spoliés du débat d’idées qui auraient pu de la crise les sauver.

Publicités