Municipales: comment Réunion 1ère fausse les débats TV

Réunion 1ère 1

Depuis quelques semaines Réunion 1ère invite des candidats aux Municipales à débattre sur son plateau TV. Toutes les communes y passent, mais pas tous les candidats… Il arrive même que deux seulement soient retenus pour une dizaine de prétendants au poste de maire. Pourquoi ce viol flagrant des règles du CSA ? Comment ce déni de démocratie est-il possible dans un département français ?

Le lien de soumission élus/médias

La plupart des médias locaux sont financés par les recettes publicitaires. Ne trouvant pas de ressources auprès des entreprises privées, les journaux de notre île se retrouvent obligés de passer les annonces des collectivités locales (mairies, Département, Région, SEM, intercommunalités, etc.). De fait les politiques à la tête de ces collectivités ont un rôle de financeur, un pouvoir de décision sur ces médias. C’est pourquoi vous ne voyez à l’écran que les candidats représentant des partis déjà au pouvoir: PCR, PLR, LPA, UDI et UMP. C’est-à-dire des candidats supportés par des maires, des présidents de collectivités locales.

Une rédaction de RFO très politisée

Comme si ça ne suffisait pas, les politiques dans leur envie de tout contrôler ont poussé le vice à intégrer leurs militants dans les rédactions réunionnaises. Ainsi Daniel Bénard a été nommé rédacteur en chef de Réunion 1ère, le même Daniel Bénard qui a été adjoint du maire Claude Hoarau et cadre du PCR. La caste politique réunionnaise s’est donc entendue pour décider de qui passera à l’écran et qui en sera zappé.

Réunion 1ère EMMANUELLE-HAGGAI 1

Des débats de cour d’école

Si vous êtes un minimum civilisé, éduqué, adulte, cela ne vous aura pas échappé que les débats sur Réunion 1ère ne volent pas très haut. Les journalistes dont le rôle est d’éclairer la société, ne font qu’alimenter la conversation sur des sujets sans intérêt, sur les querelles de personnes, sur les ladi lafé qui n’intéressent qu’eux-mêmes. Au cours d’une heure d’émission, seule la dernière minute est consacrée au programme du candidat… Ca en dit long sur l’absence de sérieux et l’obéissance des présentateurs TV.

Un drame pour les Réunionnais

Cette imposition de favoris par les médias est lourde de conséquences pour la Réunion. Premièrement, ce mécanisme de dictature ignore les autres candidats et les fait passer pour « petits », insignifiants aux yeux du téléspectateur. Ce qui est une caricature voulue, une rupture dans le pacte d’impartialité des TV avec le CSA. Deuxièmement, il existe parmi les candidats censurés des personnes de programme avec de vrais projets de développement. Ces projets étant cachés aux Réunionnais, ceux-ci n’en savent rien et se sentent forcés de choisir les élus qui les ont conduits au marasme actuel.

Par conséquent, les médias réunionnais sont les sous-fifres des dictateurs et leur responsabilité dans la crise économique et sociale avérée par cette complicité active. Quel sort, quel degré de culpabilité leur sera réservé quand la Réunion jugera ces pantins d’esclavagistes du 21ème siècle ? L’Histoire le dira.

Publicités