Xénophobie et haine raciale : la honte sur nos ondes

La connerie nuit gravement à la santé 1

Courrier des lecteurs sur le racisme qui monte à la Réunion. Se sentiront visés les « rescapés », le PCR, Thierry Robert et tous les tenants de la préférence régionale. Cela rappelle aussi que les médias locaux sont bien trop complaisants avec ces versions créoles de le Pen… que les règles du CSA et de la République ne sont pas appliquées dans notre île. Il faudra bien un jour en tirer toutes les conclusions…

« Le CSA est sourd, aveugle ou s’en fout ! J’ai été ébahi, stupéfait, indigné, outré, voici quelques jours, dans un Car jaune. Le poste de bord diffusait les délires d’une radio que je ne nommerai pas car il y a dans son organigramme au moins un brave homme. La chanson en question ne constituait rien moins qu’une véritable incitation à la haine raciale. « Créole lé capab dirizer. Y faut fout’ dehors ! Allons fout’ dehors ! »

En clair : tout ce qui n’est pas créole doit être expulsé manu militari. Ça sue la haine, la xénophobie, le racisme et ça fout la trouille. L’épuration ethnique n’est pas loin. A quand les pogroms ? Le groupe s’appelle « Nout’ racine » et sa chanson « Fout’ dehors ». Tout un programme. Qui n’est pas sans rappeler celui d’un certain Jean-Marie dans ses pires moments.

Cette radio est la seule à diffuser ce texte innommable. Déjà que, soi-disant promotrice la chanson réunionnaise, elle ne diffuse que ce qui se fait de plus mauvais. Là, on atteint le summum de la honte. Plus loin, dans ses divagations aussi dangereuses que débiles, le chanteur demande « Okilé not’ patrimoine ? » Je rappellerai à cet intellectuel de haute volée que nos gènes font aussi partie de notre patrimoine. Que notre toute première ancêtre était une petite Malgache appelée Anne Mousse. Qu’il y eut parmi nos ascendants des Africains, des Comoriens, des Asiatiques et quelques Blancs aussi. Lorsque Louis Payen arriva avec ses dix compagnons malgaches en 1663, l’île était déserte. La population créole n’est pas née d’un big bang: elle s’est constituée au fur et à mesure par apports et métissages successifs.

Alors, qui est créole et doit être glorifié ? Qui est pestiféré et doit être expulsé les pieds devant ? Le Yab est un Créole, soit. Mais le Zarabe, le Cafre, le Malbar, compère Chinois, le Zoréole le sont tout autant. Un Vaxelaire, un La Selve, un Lavergne, une Lavaux, un Oraison, un Dupont, un Chaudenson ont plus fait pour la sauvegarde de notre patrimoine que l’auteur de cette chanson qui bafoue ce patrimoine.

Si on vire les populations désignées par ces appels au meurtre, on vire aussi les trois quarts de notre patrimoine ! Si l’on suit ce pousse-au-crime, il faut admettre la réciproque : que 350 000 Réunionnais de métropole soient réexpédiés dans l’île. Que vas-tu leur donner comme boulot, âne bâté ? Où vas-tu les loger ? Dans la rivière Saint-Etienne ? Au Pîton-des-Neiges ? Dans la Plaine-des-Sables ?

On a le droit d’être indépendantiste: l’opinion est libre et toutes les idées sont honorables, ce que garantissent précisément la Constitution et l’humanisme français. Mais la liberté est en péril lorsque l’on met des populations à l’index et qu’on les désigne au lynchage. »

Internaute

Emeutes 1

Publicités