Manifs de jeunes chômeurs : ce qu’on ne vous dit pas…

Emeutes 1

Ca ne vous aura pas échappé que la Réunion a connu ces dernières semaines des mouvements de protestation de la part de jeunes demandeurs d’emploi. Certains allant jusqu’à des petites émeutes au Port rappelant ainsi le spectre des grandes émeutes, de l’état d’urgence de Février 2012.

La presse locale a relaté les faits, mais une nouvelle fois n’a pas analysé, ni donné les raisons de cette colère sociale. C’est pourquoi le travailleur lambda et parfois gêné par ces manifestations (il y a eu des blocages de route) a le réflexe logique de commenter ainsi: « Marre de ces délinquants ! », « Que font les parents ? », « Pourquoi demandent-ils du travail à la Mairie ? Ils ne savent pas que c’est dans les entreprises qu’on trouve du boulot ? », quand ce ne sont pas carrément des insultes. Vu la présentation tronquée des faits par les mass médias de la Réunion, ces réactions sont tout à fait compréhensibles. Mais qu’en est-il réellement des motivations de ces manifestants ? Censure-t-on leur parole ? Pourquoi cette obsession des contrats aidés, pourtant très précaires (courte durée et paye inférieure au SMIC) ?

Urne de vote 1

Élections, contrats aidés et clientélisme

Ces jeunes réclament tous des contrats aidés dans le public et en particulier à la Mairie. Pourquoi ? Parce qu’à chaque élection, les maires sillonnent les quartiers populaires en promettant des milliers de contrats aidés aux chômeurs en situation de grande pauvreté et peu formés. Ces jeunes y croient. Ils y croient parce qu’ils connaissent tous quelqu’un qui s’est fait recruter ainsi. Parce qu’ils désespèrent de trouver un vrai emploi dans la vraie économie, le chômage de masse créant une concurrence sévère avec les chômeurs formés et expérimentés. Compétition impossible à surmonter pour ces jeunes peu qualifiés.

Les familles et amis du jeune votant avec lui pour qu’il obtienne enfin ce fameux contrat aidé, ce sont à chaque scrutin des dizaines de milliers de voix qui sont achetées de la sorte. Cela, ajouté aux autres formes d’achats de voix et de fraudes électorales, explique que des candidats se fassent élire à 80% dès le 1er tour. Du jamais vu en France. Mais souvent vu dans les dictatures d’Afrique et staliniennes…

Incendiaire 1

Le jour d’après

Le candidat prometteur de contrats aidés une fois élu, que fait-il ? Il demande au maire (du même parti politique quand ce n’est pas lui-même) de fournir les fameux contrats aidés à ses électeurs. Le maire ne peut en donner que quelques centaines sur les milliers promis. Les jeunes chômeurs qui en bénéficient sont ravis, les autres sont amers. Et parmi les amers certains forcément sont d’une part frustrés que d’autres aient été exaucés et pas eux. Et d’autre part vouent une véritable haine vis-à-vis du candidat menteur, se sentant trahis et entubés. C’est pourquoi les mairies ont été les cibles de ces manifestants. C’est pourquoi la mairie annexe de la Rivière des Galets a été brûlée.

Loin de nous l’idée d’excuser ces jeunes. News974 est contre la violence et le rappelle régulièrement dans ses articles. Mais il nous apparaissait important de vous donner toutes les clés pour comprendre ces mouvements d’humeur qui se font de plus en plus fréquents dans notre île et sont malheureusement appelés à se renouveler, tant qu’aucune politique économique ne sera appliquée à la Réunion pour développer l’économie et créer des emplois. Tant qu’il n’y aura pas de dirigeants responsables.

Publicités