Jacques Tillier : « Paul Vergès a refroidi d’une balle Alexis de Villeneuve »

Connu pour avoir dirigé le JIR dans les années 1990-2000 et pour ses éditos bien pensés sur la classe politique réunionnaise, Jacques Tillier a depuis quitté l’île et le JIR (journal maintenant abandonné à des amateurs à la limite de l’illettrisme et dont les ventes chutent sans fin) et vit en métropole. Mais il n’a pas oublié la Réunion pour autant. Il vient de signer un article cinglant sur la famille Vergès. Extraits.

« Paul Vergès a en effet refroidi d’une balle tirée en plein cœur, Alexis de Villeneuve, homme politique réunionnais, maire d’un petit patelin appelé Saint-Benoît, sous le prétexte qu’il avait toutes les chances de rafler la gamelle de député de son papa, le docteur Raymond Vergès, dont l’histoire retiendra surtout qu’il fut aussi bien fervent pétainiste que farouche communiste. »

Paul Vergès 1

« Pierre, fils de Paul, neveu de Jacques et petit-fils de Raymond, maire, homme politique influent, dirigeant du PCR dont le principal fait d’arme fut, en 1993, de partir en cavale dans le maquis réunionnais puis de se rendre aux pandores du coin en décembre 1996 et d’être condamné en correctionnelle à 18 mois d’emprisonnement dans le cadre d’une vaste affaire de détournement d’argent public… »

« Françoise Vergès fut, le 13 février 2008, nommée à la présidence du CPMH, le Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. Un comité et une présidence taillés sur mesure pour la fille Vergès par Jacques Chirac et prolongés par Nicolas Sarkozy. Il faudra l’arrivée de François Hollande, pour que tombe dans le panier la tête de fifille et le salaire mensuel qui va avec la présidence du CPMH: 12 000 euros. »

« Les ancêtres de Françoise Vergès étaient. La trisaïeule de Françoise Vergès possédait 121 esclaves, dont 66 Créoles, 12 Malgaches, 39 Mozambiques et 4 Indiens ou Malais. »

On comprend mieux maintenant le goût prononcé des Vergès pour les contrats aidés, versions modernes de l’esclavage pour dominer les Réunionnais. Une passion partagée par tous les politiques au pouvoir à la Réunion, afin de rivaliser avec eux électoralement. Dans tout ça c’est toujours le Réunionnais qui se fait entuber, ne pouvant prétendre à une véritable économie avec de vrais emplois pour construire son avenir.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici.

Publicités