Rétrospective 2012 : Accueil chaud de Marine le Pen à la Réunion

Le 7 février 2012, Marine le Pen arrive à la Réunion. Présente deux jours dans l’île, elle compte bien gagner des milliers de voix sur son passage. Mais alors que certains réclament un débat avec la présidente du Front National (qui d’ailleurs l’accepte), les médias réunionnais refusent.

No pasaran

Une presse réunionnaise incompréhensible

En effet, le mouvement citoyen Ensemble par la voix d’Eric Beeharry demande un débat contradictoire avec Marine le Pen. Estimant que la population tentée par ce vote extrémiste ne sait pas toutes les facettes du FN, le leader entend éclairer les électeurs et mettre le Pen en échec. Hélas les médias radio et TV refusent. Bobby de Radio Freedom va jusqu’à raccrocher au nez des auditeurs voulant questionner la présidente du Front National. Alors qu’à longueur d’année quasi toute la presse réunionnaise censure toute voix social-démocrate, social-libérale ou démocrate sociale (tous les partis au pouvoir à la Réunion sont communistes, même l’UMP locale c’est vous dire l’archaïsme), elle étale le tapis rouge à la chef de l’extrême-droite fascisante. Allez comprendre la logique de la presse réunionnaise, qui ignore les courants de pensée majeurs en France et en Europe et se met à genoux devant les pires idéologies de notre Histoire : le communisme (80 millions de morts) et le fascisme (20 millions de morts).

Un parti pas comme les autres

Car le FN est bien un parti fasciste. Peu de temps avant sa venue à la Réunion, Marine le Pen a participé à un bal néonazi de Vienne où sont interdits d’accès les juifs. Son père siégeait régulièrement au congrès des partis néonazis d’Europe et ses discours et actes ne laissent aucun doute sur son amour du régime de Vichy et du fascisme. François Mitterrand aurait donc dû faire interdire le FN lorsqu’il est apparu, étant clairement contraire aux valeurs de la démocratie. Mais le leader PS a préféré le laisser se développer, car le FN affaiblissait la Droite et lui permettait de se maintenir au pouvoir. Ses deux septennats en attestent.

Marine à la Réunion 1

Les manifestations

C’est pourquoi des actions sont organisées pour contrer ce parti politique pas comme les autres. Dès son arrivée à l’aéroport, Marine le Pen est chahutée par une foule contestataire criant haut les valeurs de l’antiracisme et de la démocratie. Elle s’échappera rapidement dans un taxi. Et ce sera pareil tout au long de ces deux jours, où à chaque étape de sa tournée réunionnaise elle sera empêchée de tribune publique, son grand meeting prévu à Saint-Leu étant même transformé en simple réunion d’adhérents à huis clos.

Marine le Pen à la Réunion 2

Eric Beeharry agressé

Actions réussies donc pour les manifestants. Suite à son passage dans l’île Marine le Pen passe de 22% à 17% dans les sondages, son score à la Présidentielle. Les activistes se divisent en deux camps. Les uns pilotés par le PCR, les autres non affiliés à ce parti extrémiste se regroupent autour du mouvement citoyen Ensemble. Après le succès de ces manifestations pour la démocratie (cf. vidéos ici), le PCR est très effrayé de voir le mouvement Ensemble gagner en popularité et craint pour la sienne, Eric Beeharry connaissant bien les vices du PCR. Marine le Pen à peine repartie, Geoffroy Géraud-Legros dirigeant du PCR lance une campagne de dénigrement contre Eric Beeharry qui ne prend pas dans la société réunionnaise. Mais le jeune démocrate est tout de même agressé par quelques fanatiques du PCR, peu éduqués et donc facilement abusés. La politique à la Réunion, c’est un peu la jungle…

280420101138 ter

Publicités