Il s’ouvre les veines à la mairie de Saint-Denis

Lundi matin à la mairie de Saint-Denis, un agent des services techniques s’est tailladé les veines en pleine commission paritaire devant les dirigeants de la ville.

La commission paritaire est le moment où se réunissent les ressources humaines et autres cadres de l’administration pour annoncer qui sera titularisé. Or le monsieur qui s’est ouvert les veines était un contractuel – donc précaire – qui réclamait cette titularisation et ne l’a pas obtenue. Il voulait ainsi dénoncer du favoritisme qui prioriserait les fonctionnaires proches du maire, en fait des militants ayant participé à sa campagne électorale. Notamment aux récentes Législatives.

Il faut savoir qu’à la Réunion la majorité des fonctionnaires ne sont pas titulaires, ils sont même 75%… A comparer avec les 18% dans les autres DOM. Ce qui en dit long sur la « bonne gestion » du personnel par les « élus » de la Réunion et rappelle la conviction de plus en plus partagée dans la société réunionnaise que les politiques réunionnais abusent des populations en détresse.

Car nos « élus » sont maintenant accusés d’esclavage moderne. En lieu et place d’appliquer une politique économique qui créerait des milliers d’emplois, ils préfèrent laisser le chômage de masse perdurer afin de garder les classes populaires sous leur main. Catégories populaires qui représentent plus de la moitié de la Réunion et quasiment 90% des électeurs, les bourgeois et classes moyennes votant très peu.

Alors combien de temps cela va-t-il encore durer ? Cette manipulation perverse devient de plus en plus connue du peuple, malgré la peur généralisée de la dire, en particulier chez les « journalistes ». Comment réagira la Réunion abandonnée, pauvre et en colère, quand elle comprendra que ses représentants ont le pouvoir de changer leur vie et ne le font pas pour la dominer ? Nul doute que cela risque d’être chaud…

Publicités