1 logement pour tous et 30 000 emplois

La semaine dernière a été marquée par une polémique entre la présidente du Conseil Général et les syndicats du BTP. Ces derniers reprochaient à Nassimah Dindar de traîner pour fournir une garantie bancaire aux promoteurs immobiliers, afin de lancer les chantiers dans le logement. Menaçant ainsi des milliers d’emplois. Cet énième casse-tête politique typiquement réunionnais nous rappelle à quel point nos « élus » sont capables de mettre en danger le développement de la Réunion. Eric Beeharry du mouvement citoyen Ensemble nous donne sa solution pour le logement: la garantie universelle.

Eric Beeharry, qu’est-ce que la garantie universelle ?

La garantie universelle, c’est un accord passé entre la CAF, les banques et les acteurs immobiliers. Elle débloquera enfin tous les freins à la construction de logements. Car en échange de l’application de loyers modérés (300 € pour un studio par exemple), les bailleurs auront le droit de réclamer 300 € de prestations sociales à la CAF en cas d’impayé du locataire. Ce qui rassurera les banques sur les emprunteurs, devenus solvables par un loyer désormais assuré par cette garantie. Garantie qui assurera également la rentabilité de tout investissement locatif et permettra aux classes moyennes de devenir propriétaires.

Immeuble 2

Quel impact pour les demandeurs de logement ?

En libérant ainsi la construction, on n’aura aucun mal à atteindre le rythme des 10 000 logements par an. Voire plus. Ce qui permettra de résorber les besoins de logement qui approchent les 30 000 actuellement, sachant que la demande augmente de 7 500/an. Cette croissance de l’offre immobilière fera baisser les prix, aussi bien au niveau de l’achat que du loyer, grâce à cette nouvelle et saine concurrence. De plus cette garantie universelle facilitera l’accès à la location pour les demandeurs de logement, les propriétaires n’ayant plus de raison de demander les actuelles garanties souvent exagérées.

La solution-miracle ?

C’est du donnant-donnant. On responsabilise les individus sur la gestion de leurs deniers sociaux et en contrepartie ils ont l’assurance de trouver un logement décent. Par ailleurs, la construction de 10 000 logements par an créera 15 000 emplois directs. Sachant qu’un emploi dans le BTP génère 1 emploi indirect dans le reste de l’économie, cela créera en tout 30 000 emplois.

Après le CRE, les scènes culturelles et maintenant la garantie universelle, vous avez déjà donné beaucoup de solutions concrètes et susceptibles de changer la vie des Réunionnais. Comment expliquez-vous que les politiques de la Réunion ne développent pas comme vous des idées ?

Le bazar règne dans la classe politique réunionnaise. Moi qui suis en contact permanent avec les Indignés de France et des politiques de métropole de tous bords, je peux vous dire qu’ils rigolent beaucoup de nous… Les dirigeants locaux n’ont aucune idée, aucune imagination, aucune responsabilité, ni volonté pour régler les problèmes de la Réunion. J’irai même jusqu’à dire que ça ne les intéresse pas. Car sortir les Réunionnais de la misère reviendrait à les sortir de leur dépendance des politiques, extrême à la Réunion. Cette dépendance permet de gagner beaucoup de voix lors des élections, par des contrats précaires dans la fonction publique et des aides sociales improvisées, voire des billets et de l’alcool donnés à même la rue… Si les gens savaient toutes ces vérités, s’ils savaient les solutions, ça pourrait en révolter plus d’un.

Publicités