Thierry Robert a-t-il volé son élection ?

Les députés de la Réunion sont-ils tous des imposteurs ? Y a-t-il de véritables élections dans notre département ? Après Guillaume Kobéna contre Huguette Bello, c’est au tour de Pierre Magnin du Parti Pirate de contester officiellement l’élection de Thierry Robert.

Pierre Magnin, vous étiez candidat aux récentes Législatives. Quel bilan en tirez-vous ?

Nous retiendrons la capacité du Parti Pirate à mobiliser les citoyens. Car nous avons réussi à présenter des candidats dans 101 circonscriptions à travers toute la France, dont la 7ème de la Réunion. Nous avons ainsi fait savoir à nos concitoyens que nous étions en ordre de marche et qu’il était possible d’utiliser la machinerie électorale pour développer nos idées en diffusant notamment des clips de campagne sur les chaînes publiques. Nous avons également pu faire partager nos valeurs et nos propositions à des publics très divers. Autre point positif: le nombre d’adhérents comme de sympathisants a augmenté de manière exponentielle depuis ces élections. C’est un mouvement qui ne s’arrêtera pas.

Le débat politique s’est-il bien passé ? La presse réunionnaise a-t-elle joué le jeu ?

Comment ne pas déplorer l’absence totale de débat d’idées politiques avec l’ensemble des candidats ? Comment ne pas s’offusquer qu’une partie des médias sélectionnent des candidats avant le vote ? Est-il normal que certains candidats aient un accès en permanence à tous les médias, à toutes les interviews, alors que d’autres n’ont accès à rien ou si peu ? Vous n’avez pas une élection à 2 tours mais à 3 tours. Le premier est organisé par les médias qui désignent les finalistes et puis ils laissent le bon peuple désigner leurs favoris. Trouvez-vous cela normal ? Nous NON !

Quant au débat politique en lui-même, alors que nous avons tenté d’amener les débats sur des vrais sujets de fond sur la 7ème circonscription de la Réunion, le gros sujet de campagne a été les voitures sono ! Ne pensez-vous pas qu’à l’heure actuelle, les sujets doivent être un tout petit plus sérieux ? Mais en vouloir à qui ? Aux candidats des vieux partis qui manipulent le système pour ne parler de rien et surtout de tout ce qui peut les arranger ou les journalistes qui relayent les anecdotes, les tempêtes dans un verre d’eau et qui ne se posent même pas la question suivante: « suis-je manipulé ? ». Nous sommes affligés de l’état actuel de la société et de son fonctionnement. Voilà nos combats !

image

Vous avez déposé un recours au Conseil Constitutionnel contre Thierry Robert. Pourquoi ?

C’est l’ensemble de la campagne électorale que nous dénonçons, car il y a eu de nombreuses atteintes au pluralisme et à l’équité dans les médias. Les candidats qui n’appartenaient pas à des formations déjà au pouvoir n’ont pas pu faire connaître leur programme. D’autre part la campagne de Monsieur Robert a été entachée d’infractions constatées par huissier et nous avons de très fortes suspicions quant au non-respect du plafond des dépenses. Pour résumer: entre des débats pipés dans les médias, des candidats jouant avec la réglementation du code électoral, nous ne pouvions que demander l’annulation de cette élection. Cette requête sera un test pour savoir si nos institutions sont encore capables de faire respecter la Loi, l’égalité des droits des citoyens et de conserver un brin d’indépendance politique.

Pensez-vous donc qu’on manque de démocratie à la Réunion ?

Commençons par rappeler le sens du mot démocratie: il s’agit d’un régime politique où le pouvoir appartient au peuple. Je crains que la Réunion soit devenue un régime oligarchique. Une minorité d’individus détient le pouvoir et s’y accroche par tous les moyens pour prospérer. La noblesse des temps modernes si vous voulez. Les 1% qui monopolisent l’économie, la finance et les médias. On parle des démocraties par opposition aux régimes dictatoriaux qui privent les citoyens de leur liberté d’expression. Même si nous condamnons avec fermeté les régimes autoritaires et que nous relativisons notre situation par rapport à ces régimes, force est de constater que l’information, les décisions et les collusions sont nombreuses et privent les citoyens du pouvoir fondateur de la démocratie: la liberté de choix.

Ne seriez-vous pas plus efficace en vous réunissant avec les nombreuses autres personnalités dénonçant les mêmes choses que vous, mais aujourd’hui éparpillées ?

Que le même constat provienne de sources diverses renforce d’autant la crédibilité de ce déplorable bilan. Et puis nous sommes pour la multiplication de la parole, pas pour celui de l’uniformité de la parole. Nous sommes dans une période de transition. La crise financière n’est que la partie visible du problème. Nous sommes dans une nouvelle société: plus rapide, plus ouverte, plus informée. Mais les idées politiques dogmatiques, certains représentants politiques, nos institutions politiques et les réflexes économiques, sociaux et sociétaux sont dépassés, usés et tentent de freiner la transition nécessaire vers de nouveaux équilibres. Le libre accès aux savoirs et à l’information est pour nous une priorité. Sans quoi, les réponses à nos problèmes ne seront que partielles. Nous voulons réveiller les consciences, éveiller l’esprit critique et pour cela nous organiserons des rencontres, des débats, des conférences pour exprimer un point de vue différent, pour lancer la véritable ®évolution, celle des idées. La solution ne peut pas venir de ceux qui détiennent le pouvoir ou de ceux qui rêvent de les remplacer pour profiter des mêmes avantages. Nous avons donc peu d’espoir que le changement vienne de nos élus actuels trop démagogiques, où l’objectif du mandat n’est pas de réformer mais de durer pour profiter.

Tous les jours les Réunionnais trouvent des solutions originales, efficaces, solidaires pour continuer à avancer malgré les difficultés. Nous faisons confiance à chacun pour continuer de faire vivre l’esprit de Résistance qui a toujours animé l’île, des premiers Marrons aux Indignés.

Publicités