Réunion 1ère prend le CSA pour des cons

Pas la première fois que Réunion 1ère est mise en cause pour sa partialité par divers observateurs de la Réunion. Mais cette fois, elle est carrément prise en flagrant délit de mensonge au CSA.

En effet, nous nous sommes procurés le relevé des temps de parole des candidats aux législatives sur son antenne et que la chaîne doit communiquer au CSA, pour le respect des règles d’équité dans les médias. Non seulement n’y figurent pas les 15/20 mn du débat TV où n’étaient invités que 4 candidats sur 12 (déjà une entrave à la démocratie) de la 2ème circonscription. Mais de surcroît la candidate la plus mise en avant dans les reportages et autres interviews, Huguette Bello, n’y apparaît même pas.


Questions

La question qui vient naturellement à l’esprit est: pourquoi ? Pourquoi Réunion 1ère ne communique pas les vrais temps de parole ? La chaîne publique a-t-elle peur que le CSA sanctionne sa partialité pour certains partis politiques ? Les dirigeants de Réunion 1ère ont-ils peur qu’une enquête administrative soit ordonnée, pour trouver les causes de ces dysfonctionnements ? A-t-on peur qu’on constate que la rédaction même de Réunion 1ère est infestée de politiques, à commencer par Daniel Bénard dirigeant du PCR ? Réunion 1ère a-t-elle tout simplement peur de perdre de l’audience, si cette affaire éclate au grand jour ? Peut-être même est-ce une affaire de corruption ? Qui sait jusqu’où pourrait aller cette enquête ?…

Voilà bien des questions qui méritent des réponses. Car Réunion 1ère est quand même une entreprise publique, donc financée par le public, donc par les contribuables. Ceux-ci ont droit à la vérité sur cette affaire et les Réunionnais ont droit à une véritable presse, de qualité et honnête.

Publicités