Un dirigeant du PCR vole une association

Le tribunal correctionnel a condamné Jean-Max Hoarau à 1 an de prison avec sursis et à 110 000 € d’amende. Alors directeur de Témoignages (journal du PCR), il continuait de percevoir des indemnités chômage d’un précédent emploi, alors même qu’il travaillait et était rémunéré par ce journal.

Mais le plus grave est le détournement de fonds d’une association qu’il dirigeait. Car Jean-Max Hoarau a dérobé 150 000 € des caisses de cette association. Ce qui fait 40 000 € d’écart avec l’amende. On est donc en droit de se demander si la Justice encourage le vol d’argent public, au lieu de le dissuader.

Un compteur ?

Cette affaire est loin d’être un cas isolé à la Réunion et fait office d’arbre cachant la forêt. Il n’y a pas longtemps encore, nous vous relations la corruption dont avait bénéficié le sénateur-maire UMP Michel Fontaine. Profit illégal que nous estimions, avec minimalisme, autour de 1 million d’€.

A titre d’exemple : 1 million d’€ c’est 333 formations de demandeurs d’emploi à 3 000 € chacune. Ou encore 100 aides à la création d’entreprise de 10 000 € chacune. Dès lors, faut-il un compteur d’argent public volé ? Doit-on additionner tous ces millions détournés par les élus réunionnais, pour ainsi mieux révéler le gigantesque cambriolage qu’ils réalisent et donc l’énorme tort qu’ils causent à la population ?

Publicités